Zaga Bambo

Zaga Bambo

Singer / Chanteur

Zaga Bambo est né et a grandi au Togo, il est d’origine Algero-togolaise. À l’âge de 7 ans, son père l’inscrit à l’école coranique ; là il est rapidement reconnu pour son talent de chanteur. Sans même le réaliser, Zaga s’entrainait pour une future carrière musicale. À l’âge de 12 ans, Zaga était devenu le muezzin de la mosquée qu’il fréquentait. Il exécutait chaque jour, les appels à la prière, 5 fois par jour, pendant 5 ans. Quand il eut 17 ans, il s’est mis à écouter de la musique Hip-Hop et du RnB. Dès lors, il se rend compte qu’il pourrait atteindre une nouvelle audience et aller au-delà de ce qu’il avait appris à la mosquée. À cette période, il visite une église locale et découvre des instruments de musique pour la première fois. Sans aucune formation formelle, Zaga Bambo, autodidacte, apprends à jouer à la guitare et au piano.

Avec la reconnaissance qu’il a eu en Afrique de l’ouest sous le nom de Demon Lassi, Zaga Bambo a commencé à développer des thèmes sur la justice sociale, portant ses messages de « rebelle conquérant » dans des chansons Afro Pop. Pour cela, il a été censuré au Togo ; les radios et télévisions ont cessé de diffuser sa musique entre 2011 et 2012. Pendant ce temps, il passe plusieurs mois dans la capitale de la musique ouest africaine, Abidjan, en Côte d’Ivoire, travaillant avec le célèbre arrangeur Bebi Philip et divers artistes ivoiriens avant de s’envoler pour la France en fin 2012.
Arrivé en France, Zaga Bambo a préféré arrêter la musique pour se concentrer sur sa famille. En 2016, poussé par sa passion pour la musique, il retourne en studio. Il enregistre 9 singles avec l’arrangeur basé à Paris, Annabeat. Prônant la diversité dans sa musique, Zaga commence à épouser des influences Latines. Il offre une musique nouvelle, une sorte de musique Afrolatine, Afro-Dance Hall.
En 2017, Zaga retourne en Afrique de l’Ouest, reprenant là où il s’était arrêté à Abidjan 5 ans plus tôt. Ses fans attendaient sa réémergence. Son premier single, depuis 2012, « Mettez le piment » a fait parler de lui dans le continent. Cette chanson marque une rupture avec les thèmes de justice sociale qui lui ont valu une réputation controversée. « Mettez le piment »est accrocheur et dansant et se moque de la lutte des Africains en Europe qui luttent pour trouver du piment épicé au milieu des condiments fades. Dans la foulée de Mettez le piment, Zaga Bambo sort le 13 octobre, un nouveau single intitulé « Tassaba ».
Travaillant avec Façonné Music et BBP Team Records, Zaga Bambo fait aussi partie de la collaboration One Shot incluant Bebi Philip. Ensemble, ils sortent « ça dort chez moi », un titre qui fait danser les mélomanes. Début 2018, il sort « Ma Cherie Coco » en collaboration avec Bebi Philip. Le clip est particulièrement apprécié pour sa qualité et ses allures « pagnifique », et hautes en couleurs.
(Visited 99 times, 1 visits today)

Vidéos