Daaraj Family

Daaraj Family

Groupe musical / Musical Band

Quand l’Afrique est votre patrie et Dakar votre terrain de jeu, lorsque la bande originale de votre enfance mêle musique traditionnelle sénégalaise avec James Brown ou Pink Floyd, lorsque les sons explosifs de Public Enemy changent radicalement votre vision musicale et déterminent la voie à suivre, et quand, tous les jours Sur le chemin de l’école, vous croisez le chemin de quelqu’un qui, sans le savoir, partage les mêmes idées artistiques et les mêmes rêves d’émancipation culturelle et sociale. Il est donc naturel que cette chimie suscite un projet musical qui trace votre vie adulte.

En 1992, Faada Freddy et N’Dongo D ont décidé de travailler ensemble. Le hip hop leur est venu naturellement, malgré le genre et sa représentation de la vie quotidienne venant de loin, mais l’esprit semble apparemment être crypté dans une mémoire collective car il s’agissait simplement d’une continuation moderne des rhapsodies de griots traditionnelles de leurs pays d’origine.

La preuve est évidente: la musique et son espoir de communion sont devenus leur mission vitale.

Ils ont donc commencé par taper dans leur dialecte wolof, puis ouverts à toutes les influences musicales qui les ont aidés à se faire connaître: funk, soul, pop, reggae, musique traditionnelle. Ils ont créé le groupe Daara J et se sont lancés dans la tâche avec toute la passion et la hâte d’une mission urgente, une quête pour conquérir un monde plein de promesses. Et le monde n’a pas été en mesure de leur résister, ils ont donné plus de 1000 concerts. autour de la planète, ouverture pour Wyclef Jean au Lincoln Center, pour Mos Def au Hollywood Bowl, jouant au WOMAD avec Peter Gabriel qui les a emmenés en Australie, Nouvelle-Zélande, Corée, Royaume-Uni, Singapour, en France, ils ont également ouvert pour Rita Mitsoukos, Zebda, Ayo et joué au festival Transmusicales ainsi qu’au festival Solidays.

Cela a donné naissance à trois albums, l’album éponyme «Daara J» en 1997, «Xalima» en 1998 et «Boomerang» en 2003, qui a remporté le prix du meilleur album africain aux BBC World Music Awards.

L’année 2007 a été marquée par une période de réévaluation, de mise en perspective, de besoin de renouvellement.

Réduisant les effectifs aux deux membres fondateurs, le projet a pris le nom de Daara J Family et est reparti en tournée, renforcé par un nouvel esprit créatif. Après plusieurs collaborations (notamment au programme Africa Express de Damon Albarn à Londres et à Lagos), Faada Freddy et N’Dongo D ont commencé à travailler sur un nouvel album. Cet album est enfin terminé, et après l’avoir écouté, vous réaliserez toute l’étendue des connaissances de ce duo et de leur incroyable capacité à unir New York, Dakar, Paris et Kingston dans un voyage musical envoûtant auquel ils ne pourraient leur appartenir. : hip hop pur, lamentation obsédante de Bayi Yon (l’une des plus belles mélodies de l’album), esprit funky débridé de «Oh why» et de «Celebrate» (une piste de dance killer et le premier single sorti par l’album), le puissant cri de «School of life», l’esprit tribal de «Sun afreeca», la langueur sensuelle de «Tomorrow», le puissant reggae de «Children», la combinaison définitive de toutes ces influences musicales de « Temps boy ”(une chanson qui joue dans votre tête encore et encore).

Et bien sûr, les mélodies rythmiques et hypnotiques de l’Afrique palpitantes comme du sang dans une artère principale sont rythmées par le sang brûlant de l’espoir, la poussière brûlée par le soleil du Sahel et le soleil couchant flambant le paysage de la promesse. terre, un retour au pays.

La voix brute de N’Dongo D est un complément parfait aux ondes vocales de Faada Freddy. Et encore une fois, ils prouvent qu’ils savent écrire de belles chansons.

Si vous rencontrez les deux membres de la famille Daara J, vous serez sans doute frappé par l’authenticité et la cohérence de leur attitude et du message qu’ils véhiculent. Ils chantent sur la solidarité, ils restent fidèles à leurs messages, à leurs pensées et à leurs croyances, à la nécessité de partager et d’apprendre les uns des autres. L’espoir que nous nous éveillions tous sur ce chemin de la justice est un thème récurrent dans leur discours.

Nous pourrions sourire un peu, mais vous voyez, ce n’est pas ce qui se passe… face à tant de croyances passionnées, vous vous surprenez à vouloir vraiment y croire aussi.

(Visited 4 times, 1 visits today)

Vidéos